Welcome To Europe

Le der des ders

19:06, 24/05/2010, Pons .. Lien
Mots clefs :

 Une fois n'est pas coutume, comme je disais que le précédent article était le dernier de ce blog, je me suis décidé à en écrire un autre. 
C'est un peu comme dans un concert quand le public enflammé demande à son chanteur favori de revenir sur scène après deux heures de pure folie  musicale pour finir en beauté. Sauf que dans le cas de ce blog, ben, il n'y a pas de public enflammé et je suis pas non plus sûr de la fin en beauté.

Bref, toute cette petite préface pour dire que maintenant il est plus que jamais l'heure. C'est l'heure du.....


BILAN!!!
(je sens bien le public en délire là)

Cet article risque d'être long, très long, peut être trop long. Mais il me semble difficile de résumer ces mois de voyage en deux lignes. Je prend donc le risque de vous perdre en route, mais j'espère que vous aurez la patience lire en diagonale. 

Un bilan en chiffres:

Avant de se lancer dans les explications métaphysiques ou se voulant géopolitiques, voici un petit résumé des distances parcourues, villes visitées, pays traversés et tout et tout. Désolé pour le style, faire une sorte de liste n'est pas la chose la plus sensuelle et vivante que je connaisse.

Distance total: 13 500 km

Kilos sur le dos: 20-25 kilos

Distance en auto-stop:

Octobre- Novembre 2009: Pons - Copenhague :  2300 km
Avril 2010 - Grèce: Thessaloniki - Igoumenitsa :  320 km
Avril 2010: Kufstein (Autriche) - Berlin :                 680 km
Mai 2010 : Berlin - Langå (Danemark) - Berlin :   1300km

Pour un total de:  4600km soit l'équivalent de deux aller-retours Marseille Dunkerque avec le pouce levé, à patienter sur les aires d'autoroutes, à taper la discussion et à se quitter.

 

17 Pays et une cinquantaine de villes:

Par respect pour mon sac qui m'a suivi durant ces 7 mois et demi, qui s'est souvent retrouvé à terre dans ces différentes contrées, pour mes chaussures qui se sont usées pas à pas et pour mes pantalons qui ont vieilli au fil des voyages en bus...je tente de dresser la liste la plus complète possible des villes et pays traversés. Que j'y sois resté deux semaines, des mois, dix minutes ou plus ou moins...

Précision : il n'y a pas réellement de respect de la chronologie, je vais au plus simple, pays par pays.

France: Saint Léger, Saintes, Poitiers, Tours, Alencon, Calais, Herzele, Dunkerke, Lille. Belgique: Gent, Bruxelles, Liège, Oostende, Middelkerke. Allemagne: Aachen, Essen, Bremen, Hambourg, Rostock, Berlin, Dresden, Munich, Nuremberg. Danemark: Gedser, une longue attente dans la campagne sous la pluie et le vent, Copenhague, Padborg, Langå, Randers, Århus. Suède: Stockholm et sa (ses?) banlieue(s). Finlande: Helsinki. République Tchèque: Prague,  Brno. Slovaquie: Bratislava. Hongrie: Budapest. Roumanie: Cluj Napoca. Serbie: Vatin, Belgrade. Kosovo (désolé pour mes amis serbes mais Kouchner a dit...): Pristina, Grecanica, Mitrovica. Macédoine (FYROM pour mes amis grecs) :  Skopje. Bulgarie: en bus mais sans y poser les pieds. Un exploit. Turquie: Istanbul, Ankara. Grèce: Thessalonik, Ioannina, Igoumenitsa. Italie: Bari, Polignano, Rome, Siena, Bologne. Autriche: Kufstein.


Si je prend plaisir à faire cette liste de pays et de ville n'ayons pas d'ambiguïté. Je ne connais pas ces pays. Ce n'est pas en restant quelques jours dans un quartier, dans une ville ou un district que l'on connaît la ville et le pays. Il y a donc encore des voyages à faire, et certains sont à refaire. À mon plus grand plaisir.

 

 

Le Temps:

Si il y a bien quelque chose à quoi je ne savais pas répondre en partant, c'était la question du "Quand?". J'avais bien des idées concernant le "Qui?", le "Quoi?" et le "Où?", mais le "Combien de temps?" restait une belle inconnue. Voici donc quelques notions, forcément relatives, du temps passé pendant de voyage.

Durée du voyage: 7 mois et 26 jours.

Temps passé sur la route (l'air, la mer, les rails...): 31 jours dont stop: 15 jours (dont trois jours pour rien). Sans oublier les quelques 50 heures passées sur différents bateaux. Ce n'est pas extraordinnaire, mais quand on n'est pas un amoureux du tangage...

Temps passé dans des cyber cafés à essayer de trouver un hôte: Incalculable

Temps passé à essayer de me faire comprendre: Incalculable

Temps passé à essayer de m'allonger dans un canapé de toute facon trop petit: Trois nuits.

Temps passé dans une chambre avec des personnes animalement occupées à deux mètres de mon canapé: Une semaine. 

Temps de réaction avant de comprendre que l'endroit où l'on venait de me déposer serait particulièrement mauvais pour l'autostop: 1 fraction de seconde.

Temps de réaction pour demander à mon chauffeur de me déposer un peu plus loin: 2 secondes. Trop tard.

Temps à attendre une voiture dans un coin paumé à cause d'un temps de réaction trop long: 1h et demi.

Temps passé à me dire que j'allais mourir de froid à Helsinki: 7 heures.

Temps à Istanbul: Splendide, soleil, mer, kebab en terrasse.

Temps passé à détester les gens qui ne s'arrêtent pas alors qu'ils vont dans ma direction: Incalculable.

Temps passé à me dire que j'allais mourir sur une autoroute grecque: 1 heure, puis cinq minutes un peu plus loin.

Temps nécessaire pour faire 100kilomètres en stop: ca dépend.

Temps passé dans chaque endroit: trop court.


233 nuits:

Sur 233 nuits, je ne suis allé trouver refuge dans une auberge de jeunesse que 4 nuits. Bon, bien sûr il y a eu les dix nuits Stambouliotes mais c'était du bonus. 12 nuits ont également été utilisées pour voyager. Je ne dors pas dans les transports, encore moins dans un train de nuit au poste frontière greco-turc.

C'est entre autre grace à Couch Surfing, site internet, mais aussi grâce aux amis et amis d'amis que j'ai pu voyager autant. Sans ce type d'hébergement, gratuit, je n'aurais pu voyager qu'un mois ou deux. Mais le principal intérêt, après ces considérations financières, est de profiter d'un nombre important de rencontres et de découvrir la ville, le village ou le quartier de vos hôtes sans passer par un guide de voyage.

Mille et une rencontres :

Les distances, le temps qu'il faut et le temps qu'il fait font parti du voyage, mais l'essentiel n'est pas là. Vous pouvez détester une ville parceque vous y détesté un(e) habitant(e), vous pouvez vous y ennuyer profondément parceque vous n'y connaissez personne, ou profiter de la vie comme jamais parceque vous avez trouver les bonnes personnes. Les rencontres, hasardeuses, sont donc bien précieuses en voyage.

Mes hôtes:

35 ”personnes” (couples, familles, étudiants, communauté, collectif, hommes, femmes, animateurs, bibliothécaire, vendeuses, entrepreneur, réalisateur, syndicaliste, infographiste, professeur de danse, futur dentiste, pasteur, chômeur, architecte, bénévoles du service volontaire européen, pharmacien...) m'ont hébergé durant ce voyage. Sans aller dans le mensonge et prétendre que tous sont devenus mes meilleurs amis, c'est tout de même 35 belles rencontres qui font pleinement partie de mon voyage. Je leur dédicacerais bien l'Auvergnat de Brassens.

Mes chauffeurs:

Contrairement à ce que je pensais, ce ne sont pas les van Volfswagen qui se sont arrêtés pour me rendre. Si j'en ai vu passer, je n'ai pas pu visiter l'intérieur.

Ce sont les gens comme tout le monde, un peu méfiant au début ("Do you want to kill us?") ou carrément enthousiaste qui m'ont permis de faire un tiers de mon voyage. Qu'ils roulent à 80 ou 240 km/h sur autoroute, qu'ils me déposent dans l'endroit le plus paumé ou le plus dangereux possible (rase campagne, milieu d'un échangeur autoroutier...), à 6h du matin en rentrant du casino ou à 22h en allant travailler, pour dix minutes ou quatre heures, ils sont une cinquantaine à m'avoir accepté dans leur véhicule.

A ceux qui voient l'autostop comme un repère de serial killer, je suis toujours en vie et n'ai tué personne.

La rencontre:

Ce dont je ne peux faire le décompte, c'est le nombre de personne que j'ai rencontré par hasard, avec qui j'ai pu partager un instant, un café, une bière, un repas, un peu plus ou un peu moins. Ces voisins d'amis de voisins, ces gens de passage, ces quelques autostoppeurs, ces gens dans un bar, ces invités au même titre que moi...Il y a un plein de petites histoires, insignifiantes, un peu partout, un peu tout le temps, mais après ces quelques mois, je réalise que dans ma vie quotidienne je ne me crée pas ces occasions. Je n'avais quasiment jamais quitté le territoire, et j'ai pu discuter avec des personnes venant de 4 continents, d'une quarantaine de pays, et leur propre histoire. 

On ne compte pas ces rencontres, on n'en fait pas des articles, on vous pose moins de questions a ce sujet, mais c'est ce qui remplit votre vie quotidienne sur la route.
 

 

Voici donc pour les aspects "comptables" de ce voyage.
Une dernière partie suivra ce dernier article...



Le livre Tirana, la fin d\'un été

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Remerciements

Derniers articles

Nouveau voyage...Nouveau blog
Remerciements
Prochain adresse à retenir

Sites favoris

Blog photos
Blog guyanais de deux bordelaises
Translate, traducir, ?????????...

Amis

dedicaces
amisdebaboucar
dunordausud
pauldub
ysa
papatrek
fannypoupiaustralie
cathdesmontagnes
tantan
myriametluc
gregetlaura

free counters