Welcome To Europe

Calais: Associations

20:47, 23/10/2009, Calais .. Lien
Mots clefs : calais vu de la terremigrantsassociations

Après un voyage Alençon-Calais effectué en 4 heures en auto-stop (je pense que c'est un record), et quelques jours passés dans une ferme à Herzeele chez des gens qui organisent des tournois de babyfoot, glanent sans glander et jouent au baseball avec des pommes de terre, je suis reparti dimanche dernier sur Calais.

After a Alençon-Calais, done in 4 hours by hichicking (I think I'm the first to do that), and few days in a farm in Herzele with people who organize table football contests, play baseball with potatoes...I went back to Calais on last Sunday.

.



Cela fait donc six jours que je suis arrivé. Je suis hébergé chez les "No borders" dans leur antenne calaisienne "Calais Migrant Solidarity". Ce groupe est animé par une pensée politique forte, parfois radicale, contre les frontières, l'idée de nation et sont évidemment contre les déportations (No border, no nation...stop deportation!).

So I'm there since six days. I'm hosted by "No borders", in their Calais office: "Calais Migrant Solidarity". This group is animated by a strong politic mind, sometimes radical, against borders, nation idea and, of course, against deportations (No border, No nation...stop deportation!).

Ils sont pour une liberté totale de circuler, liberté inscrite dans les droits de l'Homme.

Si le groupe n'a pas d'organisation hiérarchique et peut être d'existence dite "légale", la participation de ses "membres" lui permet d'être constamment présent sur Calais.

Quand je suis arrivé ils étaient trois, puis deux, et actuellement une dizaine à être présents sur le local.
 

They are for a complete freedom of movement, freedom writed in Human Rights.
If there is no hierarchical organization and, maybe, no "legal" existence, "members" participation permit to be every day on Calais.
When I'm arrived they were there, and two, and now we are ten.


J'essaye de me rendre utile au groupe en participant à ma mesure car je ne me sens pas de m'intégrer à toutes leurs actions.

Je participe donc aux maraudes, à la nourriture, aux réunions et à la traduction de quelques textes.

J'ai la position aussi confortable que désagréable d' "observateur-engagé". Mais mon engagement reste dans ce que je pense être dans l'intérêt des migrants présents et à venir, et surtout en accord avec mes idées.

Les "No borders" se refusent à faire de l'humanitaire et reprochent parfois aux associations présentes sur Calais de ne pas agir assez, ou tout du moins autant qu'eux, sur le plan politique. Car les "No borders" ont effectivement à leur actif de nombreuses actions et publications à Calais et en Europe pour défendre, entre autre, la liberté de circulation.

Toutefois, et ils le reconnaissent, ils sont parfois amenés à faire de l'humanitaire sans vraiment savoir comment et jusqu'où. Et les associations calaisiennes dites "humanitaires" sont impliquées dans le combat politique local. Mais leur discours publiques ne va certes pas jusqu'à l'abolition des frontières et des nations.

Néanmoins, toutes les organisations sur place sont solidaires quand il s'agit de refuser les déportations.

La solidarité...
Toutes les associations (comme Salam), collectifs d'associations (C Sur), ou organisations (No borders) agissent dans l'intérêt - qu'ils évaluent eux mêmes- des migrants à court, moyen ou long terme.

Mais les quelques conflits d'ego (pourtant marginaux) et les visions ou actions politiques parfois éloignées entraînent des manques de communication, des incompréhensions et je pense des qui-proco.
Je pense par exemple que, dans l'intérêt des migrants, les "No borders", pourraient rejoindre le collectif C Sur pour s'engager sur des points précis qui ne remettraient pas en cause leur propre conviction. Car il est aussi important que chaque entité conserve ses combats, son identité.

Ma position d' "observateur-engagé" m'a permis d'assister à une réunion de C Sur et participer à la préparation et à la distribution de nourriture faite le midi par l'association "La Belle Etoile". 

Distribution calme, sympathique mais sportive (si si croyez-moi ^^) sur le nouveau terrain de distribution où les riverains sont protégés par des barbelés et un mure végétal mais où les humains migrants n'ont qu'un préau pas assez large et toujours pas de table pour manger. Le Conseil Régional devait manquer d'argent. Les bénévoles restent motivés.
Distribution calme, sympathique mais sportive (si si croyez-moi ^^) sur le nouveau terrain de distribution où les riverains sont protégés par des barbelés et un mur végétal mais où les humains migrants n'ont qu'un préau pas assez large et toujours pas de table pour manger. Le Conseil Régional devait manquer d'argent...Les bénévoles restent motivés.
 

Aux vues des diverses questions posées, les "No borders" pourraient être mieux connus, même si des liens individuels existent déjà.

Cela est sûrement à travailler aussi par d'autres associations.

Mais malgré ces petits dysfonctionnements, les conflits d'ego présents de-ci de-là, on peut globalement noter que tous les acteurs présents sur le terrain s'entendent bien et savent qu'ils sont tous là pour agir dans l'intérêt des migrants. A titre individuel, beaucoup de personnes n'hésitent pas à se donner des coups de main.

Au niveau des populations présentes dans les différentes associations, j'ai remarqué que la question de l'âge et des orientations politiques ou philosophiques comptait. La Belle Etoile a par exemple beaucoup de bénévoles retraités, quand les "No borders" ont des membres beaucoup plus jeunes.

 

Finalement, j'ai l'impression de retrouver sur Calais la même ambiance que l'on peut trouver dans toutes les villes au niveau associatif avec des sortes de petits conflits territoriaux, mais que cela reste assez marginal tant la situation des migrants est dramatique et inhumaine à Calais. Sans parler d' "union sacrée", l'intelligence et l'engagement prennent largement le dessus sur le reste.

C'est à peu près ce que j'ai compris de la situation calaisienne. Je ne suis pas spécialiste, mon expérience calaisienne se résume à 6 jours quand certains sont là depuis 3 mois (démantèlement de la "Jungle"), 7 ans (Sangatte) ou plus de 15 ans (La Belle Etoile).

Venez sur place pendant vos vacances pour filer un coups de main ou participer à des débats politiques et vous faire votre propre avis!

 A venir: petites observations par rapport aux migrants.




{ Page précédente } { Page 20 sur 32 } { Page suivante }
Le livre Tirana, la fin d\'un été

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Remerciements

Derniers articles

Nouveau voyage...Nouveau blog
Remerciements
Prochain adresse à retenir

Sites favoris

Blog photos
Blog guyanais de deux bordelaises
Translate, traducir, ?????????...

Amis

dedicaces
amisdebaboucar
dunordausud
pauldub
ysa
papatrek
fannypoupiaustralie
cathdesmontagnes
tantan
myriametluc
gregetlaura

free counters